Tuesday, March 15, 2016

Le portrait du Titien par Lancel

Campagne de Lancel pour l'automne 2015 : une série de portraits sur fond uni, très sobre, figure vue de profil avec le bras accoudé enserrant un sac à main.

 



















La pose des modèles rappelle le splendide "portrait en bleu" du Titien, dit Portrait de l'Arioste (exposé à la National Gallery de Londres), en particulier dans la position du bras, le regard face spectateur, la posture très digne, très aristocratique, et jusqu'à la balustrade (bureau ou table) sur laquelle les personnages sont accoudés. La structure des images est assez proche, en forme de "L" (première lettre du nom de la marque) du sommet du crane à l'extrémité de la main en passant par le coude.


Chez Titien, le personnage tient dans ses mains un livre, presque soustrait au regard du spectateur. Lancel a remplacé le livre par un sac à main, davantage en évidence, mais la logique est la même : le bras marque à la fois la propriété jalouse sur l'objet, et aussi le mouvement de celui (ou celle) qui s'apprête à se lever et partir avant de s'arrêter juste un instant, comme une dernière faveur, pour regarder ou écouter qui se tient devant lui.

La tête et le regard sont encore tournés vers le spectateur, mais tout le reste du corps est ailleurs. Façon de suggérer le passage des êtres et du temps, le mouvement suspendu, mais aussi le fossé qui sépare deux mondes : monde de la représentation et espace réel, monde du luxe et vie de tous les jours. En plus de la balustrade, le bras fait office de deuxième barrière entre le modèle et nous, comme pour accentuer la séparation - nous n'avons pas les mêmes valeurs. Le regard perçant, dur, chirurgical, renforce le sentiment d'être dévisagé par celui-là même que nous regardons.  Pas d'empathie, pas de séduction : de la dignité et de la distinction avant tout.

P.S. Les manches matelassées et bouffantes du portrait de Titien semblent avoir fait leur réapparition dans un autre portrait de cette série de Lancel, sous une forme plus contemporaine, sur le site internet. La posture de profil a disparu, cette fois-ci le corps est vu de face - c'est vrai que nous sommes sur le site Internet, on est entre amis.





1 comment:

pierre jocelyn andre said...

Bonjour,
C'est bien vu.
Quelle culture.
Cordialement